Retour sur la mêlée du numérique, à Toulouse

SQLI – Management Collaboratif : enjeux, usages et bonnes pratiques

Dans le cadre de la semaine du numérique de La Mêlée (https://meleenumerique.com, #MeleeNum) qui a eu lieu du 18 au 24 septembre dernier, SQLI Toulouse a pris part à l’évènement dans le cadre d’une table ronde et d’un atelier autour du management collaboratif.

C’est donc un membre de la team Agile Toulouse, que Sylvie Ponthus est intervenue pour partager son retour d’expérience sur le sujet à la centaine de participants. Elle était accompagnée de Véronique Lemaitre (Consultante Change) et Guillaume Tastet (OpenDecide, une application pour manager au quotidien), le tout animé par Sophie Joly (Responsable du programme Change La Mêlée).

Retour sur une table ronde, dont l’objectif était de mieux comprendre en quoi le management collaboratif change les organisations, remet les individus au centre et donne du sens à son travail. En résumé : Autonomie + Maitrise = Sens + Motivation.

A leur écoute, j’ai retenu 3 enseignements majeurs :

1) Il ne s’agit pas de méthodes mais de partage de valeurs

On associe vite l’agilité à ce nouveau type de management, mais il ne faut pas s’y tromper, ce n’est pas une question de méthodes ou d’outils c’est avant tout une question d’état d’esprit. Tout comme l’agilité, il s’agit de transformer les organisations pour mettre au centre l’individu pour rechercher son épanouissement, le tout en partageant des valeurs avec son équipe. On ne parle plus alors de chef de projet mais de leader produit qui insuffle une vision du produit à l’équipe, qui la guide et apprend avec elle de ses succès comme de ses erreurs.

2) La recherche d’autonomie

Pour donner du sens au travail de chaque individu il faut lui donner du temps. Mais comment faire, quand on entend toujours “je veux bien changer mais je n’ai pas le temps” ? On peut commencer par prioriser ses actions, les simplifier, chasser les inutiles ou encore accélérer la boucle d’apprentissage (de l’équipe) pour être plus efficace. Mais il ne faut pas oublier d’accompagner les organisations dans cette recherche d’autonomie par de la sensibilisation (partager le même langage), de la communication (droit à l’erreur), du support pour que chacun ait confiance dans le système.

3) Un manifeste pour cadre de travail

Ce sentiment de confiance pour le rendre pérenne, il faut l’inscrire dans un “contrat de travail” partagé par l’équipe. On parle alors de “manifeste agile” qui définit de manière simple les principes et valeurs que partage l’équipe. Il se construit à partir d’un diagnostic du terrain auquel on ajoute un travail de simplification. A partir de là, on peut alors laisser libre le contenu et donner à chaque équipe la possibilité de construire sa vision du management collaboratif ou agile.

Pour en savoir plus : blog (http://agilebyexample.net)

0 commentaires

votre commentaire

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscription newsletter

Ne manquez plus nos derniers articles !