,

Web Summit : 7 conseils pour briller dans une “foire” aux startups

websummit

En six ans, le Web Summit s’est imposé comme un événement incontournable de la scène digitale internationale. Du 7 au 10 Novembre, le “Davos des Geeks” comme certains le surnomment, se déroule pour la première fois à Lisbonne, où l’on attend 50.000 participants et 15.000 sociétés.

Une formidable opportunité pour les 2.000 startups présentes de nouer des partenariats et surtout de lever des fonds pour amorcer ou accélérer leur développement. Mais comment sortir du lot ? Surtout lorsqu’avec un ticket d’entrée à 2000€, la quasi-totalité des startups doivent se contenter d’une présence d’une seule journée, sur l’un des innombrables stands mesurant exactement un mètre de large, et alignés en rangs d’oignons !

Pour tirer son épingle du jeu, voici quelques conseils issus de pérégrinations à la rencontre de centaines de startups dans les grands événements internationaux dédiés à l’innovation : Web Summit, CES de Las Vegas, Vivatech, etc.

1 – Apprendre à vivre dans un mètre carré

Votre stand faisant un mètre de large, apprenez à être à l’aise, à vous mouvoir et à vous exprimer dans un espace aussi exigu. Une bonne manière de s’entraîner consiste à délimiter au sol, chez vous, avec du scotch par exemple, une zone d’un mètre carré dans laquelle vous vous tiendrez debout pour vous entraîner à tenir votre discours ou tout simplement à réaliser vos activités quotidiennes. Vous évoluerez ainsi bien plus naturellement et pourrez ainsi vous concentrer plus facilement sur vos interlocuteurs.

2 – Soigner votre panneau !

Sur chaque stand se trouve un panneau normalisé que l’organisateur aura réalisé à partir des éléments que vous aurez fournis en amont et qu’il aura installés le matin même. Il est excessivement important car c’est la principale raison qui fera qu’un visiteur s’arrêtera ou non devant votre stand pour chercher à en savoir plus. Très peu d’infos pour vous y exprimer : votre nom / logo et un court texte qui décrit votre concept.

En quelques mots, il s’agit donc d’être à la fois et concis et séduisant. Un exercice au combien difficile, mais qui marque bien souvent la différence entre les concepts peu originaux, peu différenciants et les idées vraiment réfléchies et abouties. Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément, disait le poète.

3 – Avoir quelque chose à offrir

Sommet de l’innovation ou pas, les bonnes vieilles recettes fonctionnent toujours. Avoir des goodies à proposer, c’est un moyen sûr de générer de l’intérêt. Bien entendu, il s’agit de proposer des objets portant votre marque qui serviront de rappel au moment où le visiteur devra se remémorer les nombreuses startups vues lors de l’événement.

On peut aussi capitaliser sur les instincts plus grégaires. Le visiteur fatigué par des heures d’allées et venues sera toujours reconnaissant d’une petite douceur à manger ou à boire. Et de ce côté-là, la petite touche frenchy est toujours appréciée des étrangers qui ont toujours du mal à résister aux attraits de notre gastronomie.

4 – Générer du trafic hors du stand

Si vous venez à plus de deux personnes, vous allez vite vous retrouver à l’étroit devant votre stand, ce qui n’a pas un effet très accueillant. Profitez-en pour aller un peu plus loin à la pêche aux visiteurs en distribuant vos goodies et flyers (sur lesquels vous aurez bien entendu pris soin de marquer l’emplacement de votre stand).

L’équipe de la startup Zoobe (une application qui permet de remplacer son visage par celui de célébrités), arpentait ainsi les halls du Web Summit 2015, affublée de masques à l’effigie de Donald Trump. Ils distribuaient des faux dollars, également à l’effigie du célèbre candidat et mentionnant très distinctement l’emplacement du stand Zoobe. Idéal pour se faire remarquer et attirer la curiosité.

5 – Faire le pas de côté

Un sommet de startups, c’est aussi un événement empli de jeunesse et d’un certain esprit qui invite au décalage. Alors profitez-en pour surprendre dans votre mise en scène. Je me souviens par exemple de Ranger, startup française qui, comme de nombreuses autres, avait un service autour de la géolocalisation. C’est une simple phrase, sans aucun rapport avec le concept et ajoutée nonchalamment à la fin du descriptif sur un bout de papier, qui a suscité ma curiosité et a permis d’engager la conversation : « Be rich : save a kitten ».

6 – Avoir un discours à tiroirs

Une fois que l’on a capté l’attention et initié le dialogue, le plus difficile est fait, mais le plus important reste à faire. Il faut être en mesure d’adapter son discours aux spécificités de l’interlocuteur : langue, intérêt, expertise, disponibilité, etc. Vous n’imaginez sans doute pas toutes les formes que peut prendre un discours que vous pensiez rôdé. Expert pointilleux, étranger à l’anglais approximatif, journaliste pressé, concurrent curieux ou personne qui s’incruste dans la conversation vont en effet le mettre à rude épreuve. Anticipez un maximum de cas de figure et sachez jongler avec votre argumentation.

7 – Prolonger les occasions de rencontre

On ne draine pas 50.000 personnes, en majorité des jeunes actifs dans une même ville et pendant plusieurs jours de suite sans créer une vie après la fermeture des portes du salon. Entre les lieux privatisés par les organisateurs et les soirées orchestrées par les grandes entreprises sponsors, ce ne sont pas les occasions de prolonger les rencontres qui manquent. L’atmosphère plus informelle crée de réelles opportunités de networking, qu’il faut aussi prendre le soin d’entretenir après le salon. Pour cela, il va de soi que vous repartirez avec les cartes de visite adéquates !

0 commentaires

votre commentaire

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscription newsletter

Ne manquez plus nos derniers articles !