,

Le Google I/O 2016 est-il vraiment un monde si merveilleux ?

A mon tour de faire un retour sur le Google I/O 2016. A travers cet article, je ne compte pas revenir sur les grandes annonces de la keynote ou de la session ATAP, car elles ont déjà été reprises en large et en travers sur le web. Je vais plutôt m’attarder sur l’ambiance et sur les conférences où je suis allé afin d’offrir un point de vue légèrement différent.

L’ambiance

ambiance google IO

Je n’ai pas utilisé le terme festival au hasard car cette année, le Google I/O en était clairement un. A peine après avoir récupéré nos badges, nous avons eu le droit à un kit du festivalier avec :

  • Des lunettes de soleil
  • De la crème solaire
  • Une gourde
  • Une sorte de snood

En lisant ces quelques lignes, vous vous dites que quelque-chose ne colle pas. N’étais-je pas censé être à une conférence de développeurs ? A vouloir faire les choses en grand Google a, en quelque sorte, un peu oublié ce pourquoi les gens venaient : les conférences ! Revenons donc sur les côtés positifs et négatifs de cet événement.

Les moins

Des espaces mal dimensionnés

J’ai déjà un peu laissé sous-entendre ce qui représentait le point négatif : les conférences. Non pas sur leur qualité, mais sur la quantité de conférences que j’ai pu voir. En effet, lors de la Keynote, Google annonce 7000 participants (c’est énorme !). Je fus très surpris de voir que sur les 11 espaces de conférences, 7 d’entre eux avaient des capacités d’environ 100 places ! Pour les salles restantes, on devait atteindre les 400/500 voire 800 places. Je vous laisse faire vos petits calculs : tout le monde ne rentre pas.

Le résultat ne s’est pas fait attendre, pour voir une conférence il fallait faire la queue 1h avant. De plus, nous n’avions pas le droit de rester dans une salle une fois une conférence terminée même si la session suivante nous intéressait….

Voici un aperçu de ce que ça donnait :

foule google IO

Il faut quand même avouer que Google a essayé de réagir vite et dès le deuxième jour l’amphithéâtre avec une capacité très grande, pouvait être utilisé pour des conférences. Un système de tickets avait aussi été instauré. En gros si vous aviez un ticket, vous pouviez rentrer sinon, passer votre chemin. Ça évitait ainsi d’attendre 45min pour au final se faire rejeter devant la salle !

Un manque de goodies

Bien qu’il n’ait jamais été officiel que Google donne des “Devices” ou autre pendant le Google IO, cela était quelque chose d’implicite sur les précédentes éditions. Quand on sait ce que peut coûter un Google I/O entre le billet d’entrée, le trajet, l’hôtel, les congés pour certains, … Cela peut vite monter ! Les “Devices” étaient une sorte de récompense et une des vraies valeurs ajoutées. En effet, toutes les vidéos sont disponibles instantanément sur Youtube. Donc, à part le networking et les goodies, aller au Google I/O n’apporte pas grand-chose. C’est donc pour ça que je pointe du doigt ce détail car l’avis est assez partagé.

Coming Soon

Malheureusement, beaucoup des annonces de la keynote ou d’ATAP étaient en “coming soon”. C’est bien dommage ! A part pour le web où beaucoup de choses étaient testables en rentrant du I/O, la grosse majorité des annonces nécessitaient de s’inscrire à des formulaires à l’image d’Android Instant App qui arrivera d’ici la fin de l’année.

Les plus

Le Networking

Clairement, un des grands avantages du I/O est l’opportunité de rencontrer des gens que l’on verra pas en dehors ! J’ai pu croiser et discuter avec des gens comme Christian Heilmann ou encore les développeurs de l’équipe Chrome.

La qualité des conférences

conference google IO

A part une session, je n’ai jamais été déçu par les conférences que je suis allé voir. Tous les speakers maîtrisaient leur sujet, présentaient bien, avaient beaucoup d’humour et avaient un contenu intéressant !

Bref, le codeur que je suis était ravi !

L’arrivée sur le site

Malgré 7000 personnes à enregistrer, cela a très bien été orchestré. Google a en effet permis aux gens de venir récupérer leur badge dès la veille et cela a permis d’éviter de longues files d’attentes pour récupérer son précieux badge. Rien à dire si ce n’est bravo !

Les à côté

Comme chaque année, Google a mis le paquet sur les démos et animations ! Que ce soit la soirée concert du premier soir (Charli XCX & Kygo) ou encore la soirée libre truffée d’animations en tout genre. Le Google I/O reste un moment vraiment exceptionnel pour les geeks que nous sommes !

Voici par exemple une animation où deux personnes s’affrontaient sur un vélo sur une route “Street-view”. Celui qui allait le plus loin dans le temps imparti gagnait !

Google IO atelier

Les découvertes

Voici quelques une des démos qui m’ont marqué :

Io Paint & Io Planes

Google IO Paint

Pour faire patienter les gens pendant la keynote, Google a mis à disposition 2 jeux web dont l’objectif était de jeter de la peinture sur une toile virtuelle avec son téléphone ou de jeter un avion en papier à l’écran. C’était une démonstration technologique très impressionnante car on voyait bien que les serveurs de Google encaissaient la charge et qu’ils étaient capable de retransmettre ça en live !

IO Paint & IO Planes

L’espace Google Musique

Google IO musique

Google a mis en place des murs remplis de prises jack dans lesquels étaient joués un morceau disponible sur Play Musique.

L’autre démonstration, c’était VR Rhapsody. Une expérience vidéo en VR sur la musique de Bohemian Rhapsody de Queen :

Tilt Brush

L’application Tilt Brush est sortie quelques jours avant le I/O et permet de peindre en réalité virtuelle des dessins 3D. Lors de la deuxième soirée, nous avons eu le droit à un show live d’artistes qui utilisaient l’application. C’était vraiment très impressionnant !

Loon en vrai !

Google IO loon

Google a ramené sur le site du Google I/O un ballon du Project Loon

Google For Kids

Il y avait tout un stand consacré au développement pour les enfants. J’ai ainsi pu voir tourner Scratch Blocks, le projet collaboratif entre Google et le MIT basé sur Scratch. La photo représente un jeu qui nous permet de contrôler des petits robots que des enfants peuvent construire et programmer.

Les choses que l’on ne peut voir que quand on est au pays de Google

La Self driving car

Google self driving car

Une chose qui m’a frappé quand on était dans Mountain View, c’est le nombre impressionnant de Self Driving Car. Il ne se passait pas 10 minutes sans qu’on en croise une !

La plaque Git Push

plaque gitpush

Anecdote fun & geek.

Pour conclure

En conclusion je retiendrai un Google IO un peu en dessous de ce que j’ai pu connaître sur certains points, mais sachant toujours se renouveler ! Certes, une partie des annonces étaient décevantes, mais le geek et développeur qui est en moi repart malgré tout des étoiles plein les yeux grâce au contenu riche que j’ai pu voir et aux rencontres que j’ai pu y faire ! Si on me posait la question d’y retourner la réponse serait oui !

Jean François Garreau

Consultant Expert Innovation SQLI Nantes

0 commentaires

votre commentaire

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscription newsletter

Ne manquez plus nos derniers articles !