Introduction à Rust - Partie 3

Après avoir vu comment installer le compilateur Rust et Cargo, puis écrit quelques lignes de code dans la seconde partie, nous allons continuer dans cette troisième partie à faire évoluer notre programme en découvrant de nouvelles caractéristiques de Rust.

Avant de nous lancer, rappelez-vous, une nouvelle version de Rust est publiée toutes les six semaines ; il est donc très probable que la version que vous avez installée est déjà obsolète.

Mettez à jour Rustup lui-même, puis ensuite Rust :

$ rustup self update // mise à jour de Rustup
 ...
 $ rustup update // mise à jour de tous les canaux de Rust installés

Pensez à effectuer régulièrement ces opérations : une version à jour de Rust vous donne accès à de nouvelles fonctionnalités et une meilleure compatibilité avec les librairies de la communauté.

Structs et traits

Notre programme des deux premières parties était structuré de manière procédurale. Nous allons lui donner une allure plus lisible et plus encapsulée, pour ne pas dire plus “objet”. Rust n’a pas pour autant des “classes” comme dans d’autres langages, mais des structs et des traits.

Comme leur nom l’indique, les struct sont des structures qui permettent de stocker un ensemble de données complexes ; on dira qu’une struct définie un nouveau type. Notez qu’il n’y a pas de constructeur ou d’accesseurs à proprement parler comme dans d’autre langage, Rust reste très simple ici.

Faisons évoluer notre programme en introduisant une struct :

struct Division {
     numerateur: i32,
     denominateur: i32,
 }

La structure peut-être ensuite instanciée et ses propriétés manipulées :

let une_division = Division {numerateur: 10, denominateur: 12};
 
 println!("Une division ({} - {})", une_division.numerateur, une_division.denominateur);

Continuons notre logique d’encapsulation en ajoutant des méthodes à notre structure. Ici, la syntaxe de Rust sort vraiment de l’ordinaire. En effet, les méthodes ne sont pas ajoutées directement dans le corps de la struct, mais déclarées où vous le souhaitez dans votre programme avec le mot-clé impl.

impl Division {
     fn calculer(&self) -> i32 {
         match self.denominateur {
             0 => panic!("Division par 0"),
             1 => self.numerateur,
             _ => self.numerateur / self.denominateur
         }
     } 
 }

Le code de la méthode calculer est repris de la méthode calculer_division vu dans la précédente partie de cet article.

Il est tentant de penser qu’on peut faire n’importe quoi, comme en Javascript, à savoir rajouter des méthodes à n’importe quelle struct, écrite par vous ou fournie par le langage. Par exemple, en Javascript, on peut rajouter des méthodes au prototype String et les utiliser comme des méthodes du langage (cette capacité est notamment utilisée par tous les polyfills).

En Rust, il est impossible d’ajouter des méthodes à n’importe quelle struct ; les impl doivent être déclarés dans le même module (crates en Rust) que la struct.

Mettez à jour votre programme Rust :

  • déclarer le nouveau type Division à l’aide d’une struct
  • remplacer la déclaration de la méthode statique calculer_division par une méthode calculer qui implémente le type Division (attention à la signature de la méthode calculer)
  • remplacer l’appel à la méthode calculer_division par l’instanciation du type Division avec le paramètre qui vient de l’analyse de la ligne de commande, puis calculer le résultat et l’afficher.

A ce stade, vous devez avoir un programme qui compile et s’exécute, ce que vous pouvez vérifier à l’aide de la commande cargo run 4 (code complet https://git.io/v1XJL).

S’il n’existe pas de “vrai” constructeur en Rust, les us et coutumes du langage encouragent cependant l’encapsulation de l’opération d’instanciation d’un type au sein d’une fonction statique déclarée dans l’implémentation de la struct elle-même, nommée par convention new et qui retourne évidemment une instance de votre type. Ce qui donne pour Division :

impl Division {
     fn new(x: i32, y: i32) -> Division {
         Division {
             numerateur: x,
             denominateur: y,
         }
     }
     ...
 }

Pensez à remplacer l’instanciation manuelle de Division dans votre programme par l’usage de la fonction new (code complet https://git.io/v1XLo).

Outre les struct, Rust propose un autre mécanisme qui permet d’indiquer au compilateur les fonctionnalités qu’un type doit obligatoirement fournir : les traits. Par exemple, si nous souhaitons constraindre la façon dont une Division doit déclarer le symbole qu’elle représente, nous pouvons déclarer le trait suivant :

trait HasSymbol {
     fn symbol(&self) -> String;
 }

Les traits ressemblent aux interfaces Java ou C#, avec globalement les mêmes caractéristiques :

  • ensemble de fonctions que le type doit obligatoirement redéfinir
  • certaines fonctions peuvent avoir une implémentation par défaut
  • un trait peut implémenter un autre trait, et donc “hériter” de ses caractéristiques (concrètement, il faudra implémenter les deux traits sur votre type)

Implémentons notre trait pour la Division :

impl HasSymbol for Division {
     fn symbol(&self) -> String {
         "/".to_string() // "/" est du type &str, qu'il faut donc convertir
     }
 }

Notez ce point important, impossible en Java par exemple : implémenter un trait pour un type est une section de code déclarée a posteriori de la déclaration de ce type, ce qui veut dire qu’un nouveau trait peut enrichir retrospectivement un type existant (avec quelques restrictions cependant).

Désormais, il est possible de tracer le symbole de la Division, juste après sa construction par exemple :

let division = Division::new(numerateur, 2);
 println!("Symbole : {}", division.symbol());

Le résultat d’exécution de votre programme est désormais enrichi du symbole de la Division (code complet https://git.io/v1X4I) :

$ cargo run 2
      Running `target/debug/division 2`
 Symbole: /
 Résultat : 1

Encore quelques concepts à maîtriser par le Rustacéen qui débute

Vous vous en souvenez peut-être, je vous avais promis dans la première partie de cet article de la sueur, en particulier avec la gestion de la mémoire : elle n’est ni à la charge du développeur, ni à la charge d’une machine virtuelle et de son ramasse-miette.

Il est temps de mettre les mains dans le camboui et de transpirer. Accrochez-vous !

Reprenons le code décrit plus haut, et ajoutons-y une instruction qui paraît anodine :

let division = Division::new(numerateur, 2);
 let division2 = division; // <= instruction anodine :-)
 println!("Symbole : {}", division.symbol());

Que se passe-t-il à la compilation (cargo build) ?

error[E0382]: use of moved value: `division`
   --> src/main.rs:48:30
    |
 47 |     let division2 = division;
    |         --------- value moved here
 48 |     println!("Symbole : {}", division.symbol());
    |                              ^^^^^^^^ value used here after move
    |
    = note: move occurs because `division` has type `Division`, which 
    does not implement the `Copy` trait

Le compilateur Rust vous indique que la valeur pointée par la variable division est déplacée (moved). En effet, une valeur ne peut être référencée que par une seule variable dans tout notre code. C’est le concept de possession (ownership), contrôlée à la lettre par le compilateur, qui va garantir la sécurité et la robustesse d’exécution d’un programme Rust. Nous avons déplacé la possession de la valeur de division vers division2, par conséquent, division ne peut plus être utilisée.

Qui dit “possession”, dit “emprunt” (borrowing) ou “copie” et pour illustrer l’une ou l’autre des solutions, nous allons introduire une nouvelle fonction statique et l’utiliser (code complet https://git.io/v1X2m):

fn display_symbol(division: Division) {
     println!("Symbole: {}", division.symbol());
 }
 ...
 let division = Division::new(numerateur, 2);
 display_symbol(division); // <= à la place du 'let division2 = ...'

Ce code ne compile pas et vous optenez un message d’erreur très similaire au précédent. Trois solutions pour résoudre cette erreur de compilation s’offrent à nous :

1/ Ne plus utiliser la variable division après l’appel à la méthode display_symbol

2/ Copier toute la valeur de la variable

3/ Permettre l’emprunt de la variable et utiliser sa référence

La solution 1/ est une façon de mettre le problème sous le tapis ou de le repousser, ce n’est pas vraiment une solution (même si le programme compilera effectivement 😉

Copier toute la valeur de la variable (solution 2) est une façon intéressante de résoudre le problème. Dans cette solution, la valeur de la variable est entièrement copiée lors de l’appel à la fonction. Notez bien qu’il n’y a donc plus de lien entre la variable déclarée avant l’appel de la fonction et la variable utilisée dans la fonction.

Pour déclarer un type “copiable”, il suffit d’implémenter le trait Copy, ainsi que le trait Clone dont hérite Copy. Le plus simple, est d’utiliser l’implémentation automatique de certains traits, proposée par l’attribut #[derive(…)] (documentation : bit.ly/2hASRHt), à appliquer directement sur un type :

#[derive(Copy, Clone)]
 Division {
   ...

Avec cet ajout, notre programme compile de nouveau (code complet https://git.io/v11tL). Cependant, si cette solution peut sembler magique et simple (et de plus proposée par le compilateur), elle a ausi ses limites :

  • un type peut implémenter Copy uniquement si l’ensemble de ses composants implémente aussi Copy (dans notre exemple, i32 implémente Copy, donc Division peut implémenter Copy). Pour les Javaistes, on retrouve ici une propriété équivalente dans l’esprit aux objets sérialisables …
  • un certain nombre de types n’implémentent pas Copy ; par oubli du développeur ou par incompatibililté technique. Par exemple, les String ne sont pas compatibles avec Copy.

La troisième et dernière solution s’applique donc à tous les autres cas. Elle s’appuie sur le principe de l’emprunt, à savoir qu’on va passer à notre fonction non pas la valeur d’une variable, mais une référence vers la valeur de cette variable.

Concrètement, il faut faire évoluer la signature de notre fonction d’affichage pour permettre l’emprunt et l’usage de référence :

fn display_symbol(division: &Division) { // <= Notez le & ici
     ...
 }
 ...
 let division = Division::new(numerateur, 2);
 display_symbol(&division); // <= Notez le & ici

La fonction display_symbol attend une référence vers un type Division, identifiée par le symbole & et nous pouvons passer la référence vers une valeur en ajoutant le même symbole devant le nom d’une variable (code complet https://git.io/v11ml). Cette solution est la plus universelle, au prix d’une complexité intellectuelle plus élevée.

Finalement, grâce à ces différents mécanismes, le cycle de vie de toutes les données référencées par des variables, est connu dès la compilation de votre programme, ce qui garantit une bonne gestion de la mémoire et donc une certaine robustesse. En revanche, elle vous garantit aussi quelques “combats” contre le borrow checker du compilateur Rust.

Conclusion

Au cours de ces trois articles d’introduction à Rust, nous avons abordés les outils et les concepts les plus importants du langage : struct, trait, pattern matching, enum, possession (ownership), emprunt (borrowing), notions de programmation fonctionnelle … Ces connaissances devraient être suffisantes pour écrire vos premiers programmes avec Rust.

Vous découvrirez par vous-même des concepts plus avancés du langage comme les lifetimes, les types génériques, les modules et les crates, les macros, les tests, les itérateurs, la concurrence, la gestion des erreurs … La lecture du livre “The Rust programming language” sera donc à ce propos un bon point de départ pour vous : https://doc.rust-lang.org/book/. Enfin, tous ces concepts pourraient faire l’objet d’articles dédiés, avis donc aux amateurs !

0 commentaires

votre commentaire

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscription newsletter

Ne manquez plus nos derniers articles !